Littérature et biographies
Bienvenue sur notre nouveau site ! Vous avez déjà un compte ? Veuillez réinitialiser votre mot de passe sur la page "Connexion" en cliquant sur "Mot de passe perdu ?" Pour les nouveaux clients, veuillez cliquer sur "Connexion" et ensuite remplir la partie " s'enregistrer"

Kaspar Hauser

16,00

Note de l’éditeur

Kaspar Hauser, surnommé l’enfant de l’Europe, fut enlevé à sa naissance, élevé dans une cave sans jamais voir la lumière du jour, et relâché en plein Nuremberg à l’âge de 16 ans en 1828. À partir de cette destinée énigmatique, Tradowsky nous propose une magistrale contribution à la compréhension de l’histoire du XIXe et du XXe siècle. À la lecture de son livre, on comprend que ce drame et son fruit affreux, le nazisme, témoignent du combat que les forces du mal mènent contre l’évolution de l’humanité vers l’amour de la liberté. La vérité est, en pareil cas, toujours insolite, incroyable, inadmissible.

Sommaire

– Documents traitant de la biographie et de l’histoire de Kaspar Hauser
– Le cercle du destin autour de Kaspar Hauser
– La loi des 33 ans dans l’histoire – Kaspar Hauser et Rudolf Steiner
– Quel être a vécu en Kaspar Hauser 

STAGE DE JUIN 2010

Extrait

Preface de l’Auteur

à la première édition en langue allemande

Au cours des dernières années, j’ai beaucoup parlé de Kaspar Hauser dans différentes villes allemandes. La première de ces conférencesfutfaite à Berlin au sein de la Société anthroposophique et s’intitulait : « Kaspar Hauser et le mythe de l’avenir ». J’étais ainsi orienté vers la direction de recherche dans laquelle j’ai poursuivi par la suite. Il m’importe de présenter en Kaspar Hauser non seulement une figure historique, mais surtout une individualité de notre temps liée aux grandes tâches futures de l’humanité.
De nombreux auditeurs ont constamment formulé le souhait de pouvoir recourir à l’ensemble du contenu des différentes conférences sous forme écrite; cela m’a finalement conduit à écrire ce livre. En outre, j’ai ressenti de plus en plus nettement qu’il était de mon devoir envers Kaspar Hauser de faire partager l’ensemble des faits connus à des cercles plus larges. Ce travail porte plus ou moins profondément l’empreinte de sa conception. J’ai cherché à pénétrer les questions essentielles sous différents aspects afin de saisir leur complexité. Il s’ensuit que certains problèmes centraux sont traités plusieurs fois dans des contextes ou sous des as Cet exposé relativement complet du contenu de mes conférences offre pour la première fois la possibilité d’éclairer dans une vue d’ensemble tel aspect par un autre. Il peut par exemple se révéler important d’éclairer certaines parties de l’ouvrage à la lumière du dernier chapitre. On peut même affirmer que le chapitre final permet une meilleure compréhension de certaines affirmations faites ailleurs. Ainsi de nombreux points se déterminent-ils et se portent-ils réciproquement.
Le premier chapitre reprend assez largement les témoignages classiques concernant la première apparition de Kaspar Hauser à Nuremberg. Il pourra vivre ainsi dans sa diversité tel qu’il fut alors et que le perçurent les différents observateurs. Les sources irremplaçables qui concernent l’apparition de Kaspar Hauser sont reproduites ici, car elles sont, hélas, encore trop peu connues. Chaque travail historique ou biographique doit s’appuyer sur elles pour acquérir une assise solide.
Ce livre s’adresse consciemment aux amis de Kaspar Hauser. Il se veut ouvrage de travail et d’étude. En maint endroit sont posées des questions qui doivent conduire, qui incitent à rechercher plus avant la solution de l’énigme.
Pour les deux raisons suivantes, j’ai cru pouvoir renoncer à une confrontation avec les adversaires de Kaspar Hauser que ce livre met en lumière. Tout d’abord, que l’on me permette de rappeler ces paroles de Goethe : ((On ne peut réfuter une thèse erronée, car elle se fonde sur la certitude que le faux est vrai. Mais il est possible, on est en droit et on a le devoir d’exprimer et de répéter l’inverse’, » D’autre part, ce sera it faire peu de cas de l’oeuvre à laquelle Hermann Pies a consacré sa vie que de débattre à nouveau, dans le détail, des thèses et des procédés de ceux qui, particulièrement au siècle dernier, ont publié sur Kaspar Hauser des travaux dictés par la subjectivité ou par l’hostilité. Pies a souvent dévoilé le caractère malveillant de ces agissements. En ce qui concerne ces procédés, son mérite historique est d’avoir vérifié et publié les premiers témoignages et observations authentiques. L’appendice II mentionne des publications plus récentes. On y trouvera aussi un exposé sur les questions qui se sont posées au cours des recherches concernant Kaspar Hauser.
Ce travail suppose de la part du lecteur, dans une certaine mesure, la connaissance et la compréhension de l’anthroposophie de Rudolf Steiner. Sans l’apport de l’anthroposophie, il apparaît exclu de parvenir à résoudre réellement les différentes questions qui concernent Kaspar Hauser. Et cela pour des raisons objectives et inhérentes au fait que son apparition est un fait spirituel de nature particulière et que l’an throposophie, en tant que science de l’esprit, est en mesure d’expliquer scientifiquement un tel phénomène. A ceci s’ajoutent les liens que le destin a tissés entre Rudolf Steiner et Kaspar Hauser. Celui-ci fait lui-même partie du courant spirituel de la Rose-Croix qui conduit jusqu’à l’anthroposophie.
Les amis de Kaspar Hauser qui jusqu’à présent n’ont pas encore trouvé l’accès à l’anthroposophie se sentiront peut-être incités, dans leurs efforts pour percer l’énigme, à suivre la voie empruntée ici, et, sur ce chemin, à faire connaissance avec l’anthroposophie. Le chemin de l’anthroposophie peut aussi passer par Kaspar Hauser.
Les indications de Rudolf Steiner pourront conférer de nouveaux buts, de nouvelles impulsions à chaque nouveau travail sur Kaspar Hauser. Pour cette raison, j’ai rassemblé dans l’appendice I – autant que possible par ordre chronologique – toutes les indications déjà connues et certaines autres qui n’avaient pas encore été publiées jusqu’ici.
je n’ai pu mener à bien et clore ce travail d’environ trois années qu’avec l’aide intensive de Sigrid Grâfe qui, en outre, a soigneusement relu le manuscrit. A elle va toute ma reconnaissance pour sa participation constante et nos échanges riches et nombreux.
Je tiens à préciser clairement à lafin de cette préface que, pour certaines raisons, seul l’auteur porte la responsabilité du contenu de cet ouvrage.

Berlin, Pâques 1980.
Peter Tradowsky

Format Broché - 270 pages
Traducteur Henriette Bideau
ISBN 2852481022