Pédagogie
Pour les nouveaux clients : pour vous inscrire, allez dans "connexion" ( en haut à droite) et ensuite remplissez la partie "s'enregistrer". ATTENTION : LIVRAISON SUSPENDU POUR LA BELGIQUE

Art et spiritualité dans la pédagogie Steiner-Waldorf

Une recherche-action

Fédération des écoles Steiner
20,00

Note de l’éditeur

Ce document présente un parcours de recherche sur plusieurs années. Fruit dune collaboration entre [Université Paris 8 et le mouvement des écoles Steiner-Waldorf en France, il représentait à l’origine un défi, et ce à plusieurs niveaux.
Tout d’abord il nous interrogeait en interne sur notre capacité réelle à engager un dialogue avec des interlocuteurs non acquis à la « cause anthroposophique » ensuite, il nous stimulait dans notre capacité à actualiser une réflexion conceptuelle à propos de pratiques jusque là peu interrogées et qui présentaient le risque de s’être peut-être installées dans un certaine routine ce faisant, il nous faisait prendre le risque de nous confronter à des résultats de recherche pouvant remettre en cause des a priori confortables il nous engageait donc dans un dialogue interpédagogique et interspirituel dont la culture traditionnelle dans les écoles Steiner-Waldorf avait jusqu’alors peu l’habitude… Bref, il nous obligeait à une ouverture que beaucoup d’entre nous savions salutaire mais dont nous mesurions également la dynamique de questionnement qu’elle allait induire.

Au terme de ce parcours, nous pouvons dire que notre pari a été largement gagné. D’abord par la richesse et la multiplicité des rencontres suscitées par cette recherche qui a porté sur plusieurs années : c’est plus de 100 personnes qui ont été directement rencontrées à des degrés divers (entretiens en cours d’enquête, échanges nourris et réguliers au sein du chercheur collectif, visites d’écoles, participation au Congrès national de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France, etc.). Mais c’est indirectement presque 500 personnes qui ont été sollicitées par le biais des questionnaires en ligne.

Ensuite, ce pari a été gagné au vu de la richesse des résultats issus du travail expérimental du groupe de recherche-action. Ce type de recherche, originale par rapport à la recherche académique, en est encore, en France, à sa phase expérimentale et c’était un pari intéressant pour nous, pédagogie novatrice, de prendre le risque de s’associer à une recherche novatrice. La qualité humaine qui s’est manifestée tout au long de cette recherche n’est pas le moindre témoignage de sa fécondité. Mais au-delà, nous avons pu éprouver autant ses effets concrets en termes de résultats que sa valeur de stimulation en termes de questionnements. Le but de ce travail « était pas prioritairement de produire des données tangibles et quantifiables, mais bien d’ouvrir, dans le champ problématique et conflictuel de l’École d’aujourd’hui en France, des utions qualitatives portant sur les valeurs et le sens. Nous voulions rapporter ces interrogations depuis la périphérie, des marges, l où elles sont ordinairement cantonnées, versie centre, dans une lumière vivante et changeante travers tUett,eil réyèleraient. Deux problématiques étaient d’emblée apparues essentielles au laboratoire universitaire et trouvient en nous un incontestable écho quelle est ta place du spirituel dans l’enseignement ? Quel röte central l’ail peut-il occuper?

La relative jeunesse de cette méthodologie de « recherche-action existentielle » et L’esprit d’initiative manifesté par tous les praticiens nous a parfois fait sortir exagérément du cadre que nous nous étions tracé et certaines interrogations apparues en cours de route se sont révélées surdimensionnées par rapport au cour de ta reçherche [par exemple la question de L’athéisme lors du Congrès national…J. Il faut n’y voir que des épiphénomènes, propres au concept ouvert d’une recherche-action existentielle, laquelle ne balise pas tous ses territoires. Lessentiel demeure dans la capacité que nous avons partagée et l’honnêteté que nous avons manifestée à interroger des attitudes et des pratiques, à intégrer une auto-réflexion critique stimulante dont le but n’était pas le plaisir d’une remise en question, tant s’en faut, mais bien le désir d’un approfondissement de la question.

Le coeur et le moteur de cette recherche est à l’évidence constitué de l’enquête menée par Sunrni Kim, chercheuse de terrain, et c’est vers celle-ci que le lecteur doit prioritairement s’orienter. Pour autant, il ne doit pas négliger les éclairages multiples qui sont apportés, tous teintés des préférences, des thèmes, du paysage propre apporté par chacun des contributeurs, mais qui en constituent la perspective et la toile de fond. C’est pourquoi nous trouverons aussi bien des points de vue sur l’intuition, la liberté, l’art, le bouddhisme que sur Prométhée ou la portée soclo-politique de la pédagogie, des apports sur Beuys, sur la Salutogénèse… autant d’échos et de retentissements que cette traversée imaginative et conceptuelle propre à la Recherche-action a pu engendrer.
Le document final n’a donc pas de prétention à l’exhaustivité ni même à l’objectivité. Il ne prétend pas dire une vérité définitive au sujet des thèmes qui sont abordés. Imprégné de la personnalité des chercheurs, il revendique un droit à l’erreur, à lapone, à la digression, à ta subjectivité, à la singularité…
Nous espérons cependant que la lecture de ce document – dont on voit qu’un des mérites est de pouvoir se pratiquer en diagonale selon les humeurs et les intérêts – stimulera le lecteur, qu’il soit professionnel, éducateur, théoricien, praticien, chercheur, usager, parent…, ouvrira pour lui des pistes nouvelles, des perspectives originales, des points de vue obliques propres à renouveler et enrichir sa propre réflexion.

De ce travail – tout à la fois enquête, questionnement, confrontation, affirmation, exercice critique, compagnonnage intellectuel .… – les écoles Steiner-Waldorf ne peuvent ressortir que renforcées de tous points de vue : par l’acceptation dun travail de pensée sur ses valeurs et ses fondements par la reconnaissance des contradictions que nous portons nécessairement avant de pouvoir opérer leur dépassement ; par la nécessité de faire évoluer nos discours vers plus de cohérence et plus de lisibilité par un renforcement de notre identité issu de ce travail surie corps essentiel des valeurs qui fondent la pédagogie Steiner-Waldorf et qu’au final nous sommes en mesure de mieux caractériser et de mieux formuler.

Espérons que ce premier travail de collaboration avec la « cité savante » suscitera l’intérêt et donnera à d’autres l’envie de prolonger cette réflexion dans cet esprit de recherche participative. C’est en rencontrant l’Autre dans sa richesse, sa diversité, sa complexité que nous apprendrons à mieux nous connaître et, ce faisant, à approfondir les motifs de notre action pédagogique.
Ces rencontres sont à ce titre autant d’occasions précieuses pour redécouvrir notre « vitalité essentielle ».

Jacques Datte, (coordinateur de t’ouvrage)

Sommaire

– Biographies intellectuelles
– Méthodologie de recherche
– La recherche-action, du projet à sa réalisation : éléments chronologiques
– Recherche sur le terrain
– Retentissement des praticiens sur le terrain
– Retentissement des universitaires
– A propos des différents termes : religion, Spiritualité, sagesse, sacré
– Dynamique des praticiens
– Le rapport des écoles Steiner avec l’anthroposophie
– L’art a-t-il sa place dans l’enseignement des sciences ?
– Spiritualité et approche artistique à l’école
– Comment parler d’une spiritualité laïque ?
– Dynamique des universitaires
– Intuition et reliance en éducation
– Portée politique et sociale
– Pédagogie de la liberté ?
– L’art comme la réalisation de la globalité de l’être humain
– créateur (ifs) culturels
– Épiméthée-Prométhée
– Salutogénèse
– Retentissements finaux

Format Broché - 329 pages
Date de parution 01/05/2008
ISBN 9782912831200