Méditation et développement spirituel
Pour les nouveaux clients : pour vous inscrire, allez dans "connexion" ( en haut à droite) et ensuite remplissez la partie "s'enregistrer".

La connaissance initiatique

L’évolution spirituelle et physique de l’univers et de l’homme dans le passé, le présent et le futur à la lumière de l’anthroposophie

22,00

Note de l’éditeur

Chaque fois que Rudolf Steiner s’exprimait dans un pays différent, il s’adaptait aux lieux et aux auditeurs. Dans un endroit, il favorisait plutôt l’aspect philosophique, dans un autre l’histoire, etc. En Angleterre, lors de cette Summer School d’août 1923, il aborde très directement et très concrètement l’univers des phénomènes occultes comme le rêve, la seconde vue, le somnambulisme, le sommeil, la vie après la mort, en insistant toujours sur les dangers et les erreurs qui peuvent surgir lors de ce genre d’expériences.

Ce cycle de 14 conférences nous conduit de façon concentrée et impitoyable dans les affres de la recherche spirituelle, ses résultats, ses tentations et ses victoires, les faux pas qui menacent, et la manière de les éviter, dans le champ de bataille des querelles spirituelles d’aujourd’hui.

La dernière partie se confronte à l’apparition de la technique dans notre civilisation moderne et à l’omniprésence du modèle de l’atome dans lequel l’esprit des hommes risque de rester emprisonné.

Sommaire

L’enseignement de Rudolf Steiner en Angleterre

– Première conférence, 19 août 1923 : Premiers pas vers la connaissance imaginative Difficultés relatives à la connaissance de soi. L’homme et les forces de la nature. Le souvenir. L’homme, être de l’espace et du temps. Connaissance initiatique dans le passé et le présent. Le gourou. Illusions des mystiques. Les voies de la méditation. La volonté dans le penser. Connaissance de soi : passage du monde de l’espace à celui du temps. Le tableau biographique : le temps devient espace. Le sentiment de bonheur procuré par la connaissance imaginative. La conscience vide. Immortalité et innatalité.

Deuxième conférence, 20 août 1923 : L’Inspiration et l’Intuition

– Le monde vivant et dynamique des pensées. La vision aurique des couleurs. La conscience vide. Le calme intérieur. L’audibilité négative. Expérience de la douleur cosmique. Le monde astral. Conquête de l’Intuition par l’intensification de la faculté d’aimer. Accès à la pensée active par la représentation rétrospective. Expérience d’êtres spirituels par la domination de soi accrue. But de la science initiatique aujourd’hui et autrefois. De l’esprit à la nature et de la nature à l’esprit.

Troisième conférence, 21 août 1923 : La science initiatique moderne et celle de l’Antiquité

– Nécessaire compréhension du monde spirituel par la pensée. Science de l’esprit : souvenir englouti. Dans le monde spirituel, à l’inverse du monde physique, la ligne droite est le plus long chemin entre deux points. L’ancienne science initiatique rappelle les expériences de sommeil, la nouvelle évoque des expériences prénatales. Veille et sommeil. L’homme dans son existence au sein de l’amour cosmique, un être de lumière et de chaleur. Le rêve du matin comme phénomène d’engorgement.

Quatrième conférence, 22 août 1923 : La vie de rêve

– Les images du rêve, son déroulement dramatique. Image de la force dissolvante du rêve verre d’eau où l’on dissout du sel. Utilisation injustifiée des lois naturelles pour expliquer des relations cosmiques. Arrhenius (nébulium). Le rêve en opposition aux lois naturelles. Le chaos. La quintessence. Le corps astral libéré des lois naturelles. Pendant la nuit, le Je travaille à la préparation d’une existence spirituelle future où les impulsions morales auront la force de lois naturelles. Le rêve, fenêtre sur le monde de l’esprit.

Cinquième conférence, 23 août 1923 : L’homme et les trois mondes

– Pourquoi le caractère chaotique du rêve ? Le voile du chaos est le seuil du monde spirituel. Derrière, trois mondes, en relation avec la triade humaine : système tête, système rythmique, système membres et métabolisme. Substance et activité. L’avertissement du Gardien du Seuil. La vie de rêves autrefois et aujourd’hui. Confusion des trois mondes en cas de passage du seuil où il n’aurait- pas été tenu compte de l’avertissement du Gardien du Seuil.

Sixième conférence, 24 août 1923 : Le règne de l’esprit dans la nature

– Les éléments sensibles et les aspects moraux et spirituels du rêve. Interprétation des rêves. Derrière le voile de chaos du rêve -apparaît l’entité divine et spirituelle du monde. L’esprit rêvant dans le germe végétal et dans l’embryon, dormant dans le minéral. Atmosphère d’attente dans les êtres élémentaires endormis. L’atmosphère psychique particulière à Penmaenmawr. Fixation de l’imagination. Sanctuaires druidiques. Vision, pressentiment, seconde vue.

Septième conférence, 25 août 1923 : Interférences des différents mondes

– Le type « somnambule », le type « Jakob Böhme », le type « Swedenborg ». Le caractère pondérable, lumineux, plein du monde physique ; le caractère impondérable, obscur, vide du monde spirituel. Les forces lunaires chez le somnambule. La clairvoyance exacte. La seconde vue chez Jakob Böhme : reste de la période solaire de la Terre. Miroir magique. Oberlin. Paracelse. Chaleur et froid. Saturne. Swedenborg. Le reflet réalisé.

Huitième conférence, 26 août 1923 : Les expériences de l’homme pendant le sommeil, avant-goût des expériences après la mort

– Relation sommeil-veille. Intégration du souvenir au bout de deux ou trois jours. Sommeil et mort. Le dépôt du corps éthérique après la mort. Transmission des trésors de pensées acquis à l’Univers-. L’homme, objet des soins prodigués par les pensées divines. Le monde tridimensionnel, bidimensionnel, unidimensionnel. Les rayons solaires unidimensionnels cachés dans les mégalithes. Jugement de nos actions par le Cosmos. Expérience rétrospective après la mort de ce qui a été vécu pendant le sommeil durant la vie terrestre. Autrefois, rattachement au dernier bodhisattva. Aujourd’hui, seul le Christ peut être guide dans la vie entre la mort et une nouvelle naissance.

Neuvième conférence, 27 août 1923 : Entre la mort et une nouvelle naissance

– Passage du physique au moral. La beauté est fondée sur la douleur. Sphère des trois nécessités d’airain (Mystères égyptiens). Ex deo nascimur. Le Christ, guide : In Christo morimur. Éveil de l’esprit : Per spiritum sanctum reviviscimus. Inversion du temps après la mort. « La roue des naissances ». Danger de perdre le lien avec le monde spirituel. Voitures et machines à écrire. Contrepoids indispensable par le travail spirituel.

Dixième conférence, 28 août 1923 : L’existence cosmique de l’homme après la mort

– Communauté de vie avec les hiérarchies spirituelles, âmes humaines désincarnées, êtres élémentaires. Les pensées cosmiques vivant dans la lumière et les pensées provenant encore de la vie terrestre. La vie avec les esprits de la Lune, de Vénus, de Mercure, correspondant à la vie terrestre avec la tête, le coeur, les membres. Les maîtres originels sur la Lune. La vie dans le Soleil, avec Mars, Jupiter, Saturne. Les guides des âmes humaines : autrefois, les bodhisattvas, aujourd’hui, le Christ. Les astéroïdes, colonies de Jupiter et de Saturne.

Onzième conférence, 29 août 1923 : L’expérience du passé du monde

– Élaboration du karma futur avec les entités lunaires. Le temps prévu à l’origine entre deux incarnations : 2160 ans, correspondant au décalage d’un signe du point vernal. Après le monde des âmes de la Lune, le pays des esprits du Soleil. Le germe spirituel de la prochaine incarnation. L’expérience du passé terrestre et cosmique. Les bodhisattvas. Le Mystère du Golgotha. La gnose (Pistis Sophia). De la sagesse lunaire à la sagesse solaire. Division de l’humanité en Orient et en Occident. Symptômes de civilisation (automobile, machine à écrire, phonographe).

Douzième conférence, 30 août 1923 : L’évolution du monde en rapport avec l’évolution de l’humanité.

– L’intérieur de l’être humain : passé du monde. Environnement humain : avenir du monde. Tête = passé ; membres = avenir. Marcher, parler, penser chez l’être humain et leurs métamorphoses dans les stades futurs de développement du cosmos. L’esprit dans le sensible : Preuve de l’action des hautes dilutions par L. Kolisko. L’homéopathie.

Treizième conférence, 31 août 1923 : L’entrée de l’être humain dans l’époque de la liberté

– Unité des lois naturelles et morales dans la plus haute hiérarchie. Passage de la détermination à la liberté. L’année 333. Transformations dans le corps astral humain. La mission du Christ. Forces de guérison par le Mystère du Golgotha. La gnose. Poésie disparue des premiers siècles. « Christus verus phosphorus ». Naissance des dogmes. La Divine Comédie de Dante. Le retour du Christ. Tendances de la science moderne : Breuer, Freud, Jung, Oliver Lodge. Captivité occulte.

Format Broché - 288 pages
Précisions 3e édition revue et corrigée
Date de parution 01/05/2011
GA 227
Traducteur Claudine Villetet, Raymond Burlotte
ISBN 9782852481879