Peinture
Bienvenue sur notre nouveau site ! Vous avez déjà un compte ? Veuillez réinitialiser votre mot de passe sur la page "Connexion" en cliquant sur "Mot de passe perdu ?"

Nature des couleurs

31,00

Sommaire

– Expérience des couleurs
– Couleurs-image et couleurs-éclat
– Couleur et matière
– Monde créateur des couleurs
– Expérience morale des sons et des couleurs en tant que préparation à la création artistique
– Lumière et ténèbres : deux entités cosmiques
– Vie dans la lumière et dans la pesanteur
– Santé et maladie en rapport avec les couleurs
– De la perspective spatiale à celle des couleurs
– L’esprit et sa négation dans la peinture
– « L’Assomption » du Titien
– Mesure, nombre, poids
– Les Hiérarchies et la nature de l’arc-en-ciel.

Sommaire

NATURE DES COULEURS

Bases spirituelles d’un Traité de Couleurs pour la création artistique

L’EXPÉRIENCE DE LA COULEUR LES QUATRE COULEURS-IMAGES. Dornach, 6 mai 1921 Pour parvenir à la connaissance de la couleur, il est nécessaire d’approfondir sa nature même et d’élever la perception au niveau de la sensibilité.
L’expérience directe de la couleur présentée par l’exemple d’une réalité verte dans son rapport avec le rouge, le fleur de pêcher et le bleu. La couleur dans sa véritable nature objective : le vert du monde végétal est l’image morte de la vie – la couleur fleur de pêcher de l’incarnat humain est l’image vivante de l’âme – le blanc ou la lumière est l’image de l’esprit dans l’âme – le noir ou l’obscurité est l’image spirituelle de l’Inerte.
Répartition en un cercle des couleurs noir, vert, fleur de pêcher et blanc : à partir de l’inerte, nous nous élevons à travers la vie jusqu’à l’âme et à
l’esprit.

LES COULEURS-IMAGES ET LES COULEURS-ÉCLAT.
Dornach, 7 mai 1921 Nature d’image et nature d’éclat des couleurs. Le caractère d’image des couleurs blanc, noir, vert et fleur-de-pécher. Distinction entre ce qui projette l’ombre et ce qui éclaire. Comment se forment le vert et le fleur-de-pécher. Le caractère d’éclat du jaune, du bleu et du rouge. Noir, blanc, vert et fleur de pêcher sont, au sens très large du terme, des couleurs-ombres ; jaune, bleu et rouge sont des variations de la source de lumière. Les couleurs6 images et les couleurs-éclat dans le spectre. La succession des couleurs forme un cercle, le jaune est l’éclat de l’esprit, le bleu l’éclat de l’âme, le rouge l’éclat du vivant. Les couleurs-images comparées aux images stables du Zodiaque, les couleurs-éclat aux planètes mobiles. Importance de cette conception des couleurs pour l’art. Le fond d’or dans la peinture ancienne. Par la couleur, l’être humain s’élève du matériel au spirituel.

COULEUR ET MATIÈRE – PEINDRE À PARTIR DE LA COULEUR. Dornach, 8 mai 1921 Couleur et matière. Peindre à partir de la couleur.
La grande énigme : comment la matière se coloret-
elle ? Le lien entre le vert de la plante (image) et la lune, entre les autres couleurs de la plante (éclat) et le soleil. Peindre le minéral, la plante, l’animal, l’homme en distinguant entre : éclat, image-éclat, éclat-image et image. Les peintres d’autrefois ne connaissaient que l’ » image », non l’éclat, d’où
l’absence de paysages. Peindre a partir de la couleur. Vivre avec les couleurs dans son âme. La couleur forme une unité indissoluble avec le Moi et le corps astral. Elever jusqu’à la vie de l’âme la perception de la couleur est le prolongement vivant du goethéanisme.

CONFÉRENCES COMPLÉMENTAIRES

LE MONDE CRÉATEUR DE LA COULEUR.
Dornach, 26 juillet 1914 Le rapport de l’homme avec la couleur. De l’océan ondoyant des couleurs, il s’est élevé à la perception pure par le Moi. L’âme animale et l’océan ondoyant des couleurs. Le cheminement futur vers le monde fluctuant des couleurs en liaison avec la spiritualisation du corps astral. L’expérience vivante de la couleur : le rouge vient a notre rencontre, le bleu s’éloigne ; forme et couleur ;
repos et mouvement. L’ondoiement des couleurs cache dans l’organisme humain. La tâche future de l’art : plonger dans la vie des éléments. Le « Bau »
(le Goethéanum), première réalisation d’une nouvelle aspiration artistique.

PRÉPARATION À LA CRÉATION ARTISTIQUE PAR L’EXPÉRIENCE MORALE DU MONDE DES COULEURS ET DES SONS. Dornach, 1er janvier 1915 Le chemin vers un renouvellement artistique.
L’expérience morale-spirituelle des couleurs, dus sons, des formes. Les couleurs rouge, orange, vert et bleu. Connaître la nature interne de la couleur pour se préparer a la création artistique. l’aire naître la terme à partir de la couleur. L’activité créatrice des Esprits de la forme, des Elohim. Par le monde des sons ; tonique, seconde, tierce, quarte, quinte, la vie de l’âme s’approfondit et se vivifie.
Conquérir la conscience d’un lien de l’être humain avec les forces divines spirituelles qui nous guident.

LA LUMIÈRE ET LES TÉNÈBRES : DEUX ENTITÉS COSMIQUES Dornach, 5 décembre 1920 Hegel et Schopenhauer. La pensée est la métamorphose de la volonté vivant dans les membres au cours de la précédente existence terrestre. L’expérience intérieure dans l’imagination, l’inspiration et l’intuition perçoit l’élément de la pensée sous forme de lumière. La tête humaine et l’univers. L’univers est vu lumière par les sens, de l’extérieur il apparaît pensée ; la tête humaine : intérieurement penser, qui par clairvoyance est vue de l’extérieur sous forme de lumière. Un monde passe meurt en permanence dans la pensée, dans la lumière : beauté qui brille.
Vécue par la clairvoyance, la volonté est matière, obscurité : Lever de l’avenir dans l’obscurité. Le côté chaud du spectre (rouge) est en rapport avec le passe, le côte chimique (bleu) avec l’avenir.

LA VIE DANS LA LUMIÈRE ET DANS LA PESANTEUR. Dornach, 10 décembre 1920 Le Lien entre la nature et l’être moral psychique.
L’abîme creuse entre la conception naturaliste du monde et la religion. La science de l’esprit, un pont entre la conception physique du monde et la conception morale. Le monde éclairé par la lumière
(monde de toutes les perceptions sensorielles) est un monde de pensées venu d’un très lointain passé
et qui se meurt, et le résultat d’activités morales.
L’ordre moral du monde sera l’ordre physique de l’avenir. Vie dans la légèreté, dans la lumière, et dans la pesanteur, dans l’obscurité. Actions de la lumière et de la pesanteur dans ta traversée des différentes sphères planétaires durant la vie entre la mort et une nouvelle naissance. Moralisation du physique par la spiritualisation des concepts.

LES DEUX LOIS FONDAMENTALES DE LA THÉORIE DES COULEURS SANTÉ ET MALADIE DANS LE ROUGE DE L’AURORE ET DU COUCHANT ET LE BLEU DU CIEL EN RAPPORT AVEC LA THÉORIE DES COULEURS.
Dornach, 21 février 1923 L’action des couleurs sur l’organisme humain. La collaboration du sang, organe de la vie et du nerf, organe de la conscience, dans l’oeil humain.
Formation du rouge de l’aurore et du couchant (la lumière vue à travers l’obscurité donne le rouge) et du bleu du ciel (l’obscurité vue a travers la lumière donne le bleu). Processus de destruction et de réanimation dans le sang et dans le nerf par la perception des couleurs. Production des couleurs du peintre : !e rouge à partir du carbone, le bleu à
partir de l’oxygène ; le jaune à partir de la fleur, le bleu à partir de la racine. La théorie des couleurs de Goethe prend le parti de la vérité face à la théorie de Newton. Comprendre ce que sont la santé et la maladie dans le contexte de la théorie des couleurs.
Comment est née la science des étoiles chez les anciens peuples nomades.

DE LA PERSPECTIVE GÉOMÉTRIQUE À LA PERSPECTIVE DES COULEURS. Dornach, 2 juin 1923 La nature de l’art. La peinture. La compréhension en profondeur des couleurs s’est perdue au cours de la cinquième époque et a été remplacée par une fausse compréhension de la plastique (naturalisme).
Mais le premier matériau du peintre, c’est la surface. Le développement de la perspective linéaire et spatiale, qui tut nécessaire, doit être surmonté ; il faut revenir a la perspective des couleurs. La couleur est en tait une réalité
spirituelle. Essence de la couleur dans la nature inanimée : les couleurs des pierres précieuses. Le bi-dimensionnel dans la peinture. L’unidimensionnel dans la musique. La lyre d’Apollon.

ESPRIT ET CONTRE-ESPRIT DANS LA PEINTURE L’ « ASSOMPTION » DU TITIEN.
Dornach, 9 juin 1923 Le beau est ce qui se révèle, !e laid est ce qui cache sa nature. Métaux et couleurs. Couleur, lumière et clair-obscur. Couleurs sur la palette et couleurs fluides. L’ »Assomption » du Titien. Dessin et peinture. La triade de Goethe : sagesse, apparence, puissance. Impressionnisme et expressionnisme.
Fresques d’église anciennes. L’exposition à
l’époque moderne.

MESURE, NOMBRE ET POIDS – LA PEINTURE MODERNE EXIGE UNE COULEUR SANS POIDS.
Dornach, 29 juillet 1923 Mesure, nombre et poids. Vérité, beauté, bonté. La beauté dans l’art. Chaos et cosmos : le passage de l’un à l’autre. Le tond d’or dans la peinture ancienne. Icône et Madone. Cimabue, Giotto, Raphaël et la Renaissance. Il faut aspirer à ressentir la couleur comme un élément qui se porte luimême, de la libérer de la pesanteur. Les affiches des représentations artistiques au Goethéanum doivent illustrer cette aspiration.

LES HIÉRARCHIES ET L’ARC-EN-CIEL.
Dornach, 4 janvier 1924 L’activité des hiérarchies spirituelles sur Saturne, le Soleil et la Lune, incarnations antérieures de la Terre, en rapport avec l’obscurité, la lumière et la couleur. Contemplation Imaginative de l’arc-enciel
: il est formé par des entités élémentaires.
L’être humain, quatrième hiérarchie, Introduit la vie dans le monde chatoyant des couleurs.

Format Relié - 250 pages
Date de parution 01/05/2009
GA 291 - 12 conférences, à Dornach les 6, 7, 8 mai 1921 et entre 1914 et 1924
Traducteur Henriette Bideau
ISBN 97820881890215