Littérature et biographies
Bienvenue sur notre nouveau site ! Vous avez déjà un compte ? Veuillez réinitialiser votre mot de passe sur la page "Connexion" en cliquant sur "Mot de passe perdu ?" Pour les nouveaux clients, veuillez cliquer sur "Connexion" et ensuite remplir la partie " s'enregistrer"

Autobiographie

12,00

Présentation de l’ouvrage

J.-M. Détré (1923-2005) est déjà connu des Éditions Triades où il a fait paraître La réincarnation et l’Occident (tome 1 : 2003 ; tome 2 : 2005).
Dans ses notes se trouvait un volumineux manuscrit, racontant son parcours, sous le titre qu’il avait choisi : Labyrinthe et fil d’Ariane. Une autre parution ayant déjà utilisé ce titre, l’ouvrage de J. – M. Détré, mis au point par les soins de Madame A. M. Le Floch, paraît sous le titre : Autobiographie. Il retrace le parcours de ce pèlerin en quête de perfection et de réponses à des questions qui l’ont poursuivi toute sa vie. Il s’engage en 1945 et participe à la fin de la guerre. Démobilisé, il rentre alors à la Société des missions africaines ; il fera plusieurs séjours en Égypte. Nommé évêque, il refuse cette charge et devient moine en Belgique. À la suite d’une épreuve, il entreprend une psychanalyse, perd la foi, se marie et se voit rejeté par sa famille. Il découvre la méditation transcendantale qui va l’occuper plusieurs années, puis finalement l’anthroposophie qui va enfin apporter des réponses à ce qu’il cherchait depuis toujours.

Extrait

INTRODUCTION

Les Grecs anciens, dans leurs centres de mystères, gravaient la sentence d’Apollon « Connais-toi toi-même » ; la suite est moins connue : « et tu connaîtras le monde et les dieux ». Une autobiographie, si elle en restait au plan superficiel de l’anecdote, aboutirait à un narcissisme dommageable pour le conteur ; elle serait, par ailleurs, peu profitable aux lecteurs.
Une connaissance de soi, qui commencerait à atteindre ses propres fondements, pourrait peut-être retrouver les bases de l’Univers puisque nous sommes un élément de cet ensemble. Paracelse en savait quelque chose quand il parlait du microcosme humain, partie intégrante du macrocosme : l’Univers. La découverte de l’hologramme en est un symbole saisissant : si l’on morcelle l’hologramme d’une image, on retrouve, dans chacun de ses morceaux, l’image complète. Ce serait une ambition démesurée que de se lancer dans cette recherche de soi si les philosophes ne montraient pas la possibilité de prendre ce chemin emprunté par d’innombrables chercheurs, tout au long de l’histoire.
Ce que je n’aurai fait qu’esquisser, le lecteur pourra le poursuivre bien plus avant.
À notre époque, Pierre Teilhard de Chardin a exposé de manière grandiose dans Le phénomène humain, l’évolution de l’espèce humaine (phylum), depuis le point Alpha, jusqu’à son accomplissement lointain, le point Oméga. Dans cette conception du devenir du monde, l’homme participe ­activement à cette évolution dynamique parce qu’il est devenu conscient :

« L’homme découvrant, suivant la forte expression de Julien Huxley, qu’il n’est pas autre chose que l’évolution devenue conscience d’elle-même […]. Dans notre conscience à chacun de nous, c’est l’Évolution qui s’aperçoit elle-même en se réfléchissant. »

À la différence des animaux, qui ne peuvent s’opposer à la force d’évolution de leur espèce mais y participent inconsciemment, l’homme, par le repli sur soi, peut chercher son accomplissement dans l’isolement. De façon géniale, Teilhard de Chardin montre que l’individuation la plus poussée ne peut se réaliser qu’en recherchant le but même de l’Univers, avec les autres, vers ce point Oméga :

« Le comble de notre originalité, ce n’est pas notre individualité, c’est notre personne, et celle-ci, de par la structure évolutive du monde, nous ne pouvons la trouver qu’en nous unissant […]. Le véritable Ego croît en raison inverse de l’ »égotisme ». À l’image d’Oméga qui l’attire, l’élément ne devient personnel qu’en s’universalisant. »

Une biographie ne va réellement au fond du problème que si, au-delà des tâtonnements et des erreurs, elle décrit cet effort parfois désespéré pour trouver la direction Oméga. Ce récit atteindrait son but s’il contribuait à faire prendre conscience au lecteur que toute vie est un jeu de piste, qu’il réussira probablement par un autre chemin, car chaque vie est unique.

« Inclinons-nous donc avec respect sous le souffle qui gonfle nos coeurs pour les anxiétés et les joies de tout essayer et de tout trouver. L’onde que nous sentons ­passer ne s’est pas formée en nous-mêmes. Elle nous arrive de très loin – partie en même temps que la lumière des premières étoiles. Elle nous parvient après avoir tout créé en chemin. L’esprit de recherche et de conquête est l’âme permanente de l’Évolution. »

Jean-Marie Détré

Format Broché - 392 pages
Date de parution 01/06/2011
ISBN 9782852483330